http://www.mercedes-damien.com - Le Forum



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le naif
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 2435
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 10:55

Mercedes 540K Roadster 1937
Source de cet article : Gatsby online

La Mercedes 540K Roadster est un aboutissement. Elle arrive comme le dernier chapitre d'un livre que l'on va définitivement refer­mer...
Le livre de l'âge d'or de l'auto­mobile, l'âge des grandes classiques. Pourtant, par-delà son impressionnante beauté, la 540K porte en elle le signe avant-coureur d'une décadence.


Descendante des S, SS, SSK & SSKL, la 540K n'a plus leur pureté sauvage, elle cède à un compromis, en devenant moins brutale et plus civilisée. La 540K est l'extrapolation directe de la 500K présentée pour la première fois au Salon de Berlin en mars 1934.
Techniquement, la 500K est une voilure moderne avec ses quatre roues indépendantes et son imposant moteur huit cylindres en ligne.
Cette technique émane en fait de la 380, apparue juste un an plus tôt.
Esthétiquement, c'est un chef-d 'œuvre de pureté, d'équilibre et de puissance. tout au moins dans sa version Roadster.
Car, le catalogue comprend bien d'autres carrosseries qui sont loin d'être toutes aussi heureuses.

L'auteur de la Mercedes 500K s'appelle Hans Nibel. Ce brillant ingénieur avait été en 1922 l'instigateur de la célèbre Benz RH, la toute première monoplace de Grand-Prix à moteur central. Après le passage du professeur Ferdinand Porsche à Unrertürckhelm, Nibel a pris la direction technique de la Daimler Benz. Il réalisa donc pendant la même année 1934, la 500K pour la production de série et la mo­noplace W 25 pour les Grands-Prix. (Il devait s'éteindra en 1934).



En 1937, la 500K s'étoffe et elle devint 540K. La cylindrée de 5 litres est portée à 5.4 litres permettant à la puissance de grimper de 160 à 180 chevaux (avec le compresseur enclenché). Il faut attendre la fin de la carrière de la 540K pour voir apparaître les modifications la plus sensibles, une boîte cinq vitesses en 1939, malheureusement, dans le même temps, les carrosseries perdirent de leur finesse.

Ce qu'était devenue la 540K par rapport à la SSK est comparable à ce qu'est la Mercedes SLS d'aujourd'hui par rapport à une 300 SL de 1954.
Ces modèles, la SLS comme la 540K, marquent sur leurs aînées des progrès déter­minants sur le plan technologique, dans leur construction, comme dans le domaine pratique et dans leur confort. Mais cette mutation s'effectue souvent au détriment du caractère sportif, et du caractère tout court.


D'un côté, des lignes vieillissantes et lourdes qui préfigurent l'esthétique des années 40, de l'autre côté, une mécanique très élaborée où s'entremêlent compresseur, quatre roues indépendantes, freins hydrauliques et boîte 5 vitesses. Douce et civilisée, confortable et élégante.
Ces qualificatifs n'étaient en fait que des reproches... Une manière discrète et cruelle de dire que la 540K n'avait rien de la vitalité des Mercedes SS auxquelles elle succédait. Lorsqu'elle apparut en 1936, après la 500K, les fanatiques de la marque, encore impressionnés par la brutalité des SSK & SSKL, crièrent à la déca­dence. Honte et scandale à cette 540K moins racée, moins puissante, moins sportive, moins guerrière, moins virile.


Avec son huit cylindres en ligne de 180 chevaux (ne riez pas, aucune comparaison n'est à faire avec une nouvelle SLS), la 540K faisait figure de voiturette. Au-delà de l'amertume d'une poignée de nostalgiques, la 540K resplendissait. Le catalogue de 1936 disait qu'elle représentait : "le concept international de la beauté et de la vitesse". Certes, c'était pousser le bouchon un peu loin, mais plus réaliste que les remarques acerbes des anciens pleurant sur un passé commercialement révolu.

Bien qu'il soit difficile de parler d'exemple esthétique puisque le modèle essayé (1939) avait déjà perdu la finesse et l'élégance suprêmes des premiers modèles, la beauté "classique" de la 540K est le résultat d'un habile mélange de courbes et de droites. La réussite repose sur des proportions exemplaires refusant toutes considérations fonctionnelles. Suivant la mode des années 35-40, les galbes s'alourdissent, les ailes deviennent plus enveloppantes ; sorte de prélude aux car­rosseries toutes rondes de l'après-guerre.


La mécanique possède la carrure d'un camion. Le but recherché étant la robustesse, non les dixièmes de seconde. On ne s'étonne donc pas de découvrir un châssis réellement imposant, des longerons gabarit maxi et des boulons gros calibre. Conçu dans cet esprit, le moteur n'étonne pas : cylindrée de 5401cc, arbre à cames latéral mais compresseur Roots : 115 chevaux à 3500 tr/mn sans compresseur, 180 chevaux avec compresseur.

Une boîte à cinq rapports synchronisés assiste cette puissance douce et discrète, digne des grandes renommées. Le rapport final étant de 2,8:1 au lieu de 3,1:1 sur la boîte quatre vitesses. A l'arrière, on trouve le célèbre pont Mercedes à essieu brisé qui fait ses débuts sur la 540K.
Le réservoir contient 115 litres, le circuit électrique est en 12 volts, les pneus sont des 700 x 15, le carter moteur a une capacité de 10 litres et la consommation de la bête est de 30 litres aux 100.


En 1939, c'était encore la grande époque des cuirs et des boiseries pleines. La 540 K les aime et les utilise avec mesure, le tableau de bord est en noisetier verni et le plancher moquetté, alors que la capote est doublée de drap. On a beau régler les sièges sous toutes les latitudes, il n'est guère possible de distinguer à travers les vitres autre chose que l'étoile à trois branches qui trône sur le capot : en haut, à droite et au fond, la visibilité est symbolique, le seul repère valable étant cette étoile. Au-delà, c'est la route vue à 180 krn/h ; ce sont les bas-côtés qui se présentent à 45 degrés; en baissant un peu les yeux, les cadrans du tableau à demi cachés par une visière.

Tant et si bien qu'au­ delà de 160 km/h et de 3500 tr/mn, les deux aiguilles disparaissent. Peut-être par pudeur car le tachymètre monte encore à 190 km/h, qui correspondant à 172 chrono, il faut reconnaître que le temps est long... et qu'il faut une grande patience et une route parfaitement longue et droite pour arriver à ce résultat flatteur. A cette vitesse, la moindre imperfection de revê­tement s'infiltre dans les suspensions et se répercute dans toute la caisse qui vibre douce­ment, néanmoins, la tenue en cap est parfai­tement linéaire et les 2.300 kg ne donnent pas l'impression de désirer autre chose que la route.


Sans enclencher le compresseur, la voi­ture atteint le 120 sans problème. Après, une interminable lancée est nécessaire pour tou­cher le 160 compteur; on est alors à 2500 tr/mn. Si la vitesse de pointe, avec ou sans compres­seur, est difficile à atteindre, c'est parce que la cinquième est surmultipliée. Sur les autres rapports, le plaisir est plus évident.

En respectant les 3.500 tr/mn qui symbolisent le régime de puissance maxi, la première monte à 60 krn/h, la seconde à 85, la troisième à 120 et la quatrième à 165 km/h ; l'étagement est parfait. En accélérations pures, le 0 à 100 km/h est atteint en 18 s 4/5 sans compresseur, et 12 s 4/5 avec..., la différence correspondant aux 35 % relevés entre les puissances maxi de 115 et 180 chevaux. Quant au kilomètre départ arrêté, il est bouclé en 35 s 1/5.


En se laissant atten­drir par les chiffres, on est tenté de rejoindre les inconditionnels des SSKL qui se plaignaient des performances. En fait, compte tenu de l'époque dans laquelle évoluait la voiture et de sa destinée qui n'était pas spécifiquement sportive, la 540K est un engin redoutable. Il importe tout de même d'appuyer ferme sur l'accélérateur. D'abord, parce qu'il faut une force impressionnante pour enclencher le compresseur, ensuite parce que la 540K n'est pas un modèle de souplesse, la puissance étant en bout de compte-tours.

Entraîné par le vilebrequin, le compresseur Roots s'enclenche grâce à un embrayage mul­tidisques baignant dans l'huile. Lorsqu'il se met en route, un fantastique sifflement du genre sirène américaine l'accompagne. Dès lors, ça pousse fort. Mais pour maintenir la 540K dans des évo­lutions maximales, le pilote doit développer une telle force, un tel dynamisme qu'au bout de 200 km effectués à vive cadence, il n'est pas loin de la saturation musculaire et de la syncope.



La direction est une petite merveille de dureté implacable. Avec 4 tours 1/4 de butée à butée, il y a de quoi se roder les muscles. Elle ne revient pas d'elle-même, mais elle est précise. La boîte n'est guère plus conciliante avec des verrouillages extrêmement fermes.
Les synchros lents exigent une manipulation déli­cate au-delà de laquelle les rapports passent en craquant; seule la première n'est pas synchro­nisée. En dehors de cela, je me plaindrai d'une grille large et imprécise sur laquelle vadrouillent les vitesses, en particulier la cinquième.


Au niveau des pieds, ce n'est pas mieux. A l'exception de la pédale d'embrayage qui n'offre pas une résistance insoutenable, les freins et l'accélérateur valent leur pesant de vicissitudes. Le système de freinage étant par essence un bijou de nullité, on déploie une force démesurée, et inutile, la voiture se conten­tant de ralentir. Il n'est pas question de stopper sur-le-champ; les quatre tambours à comman­des hydrauliques sont inexistants. Il est donc de la plus haute importance d'avoir de grands dégagements devant soi pour lancer les 2,3 ton­nes à des allures folles... et prétendre décélérer sans abîmer l'espace environnant.

Quant à l'accélérateur, il possède deux visages. Sans engager le compresseur, il joue un rôle anodin. Si l'on désire enclencher ce compres­seur, on se heurte à un mur qu'il faut défoncer à coup de pied magistral, tout en maintenant l'effort sur la jambe droite pour rester accéléré à fond. La 540K donne en fait sa vraie mesure, aux trois quarts de sa puissance sur les routes rec­tilignes. Dans ces conditions, les différents points durs que j'ai noté s'estompent radica­lement et la route devient une douce litanie qui s'écoule devant le minuscule pare-brise.

La tenue de route, malgré les quatre roues indépendantes, est bien en dessous de ce qu'on pourrait attendre de la voiture. L'arrière, dans le plus pur style sur-vireur, décroche dans les virages les plus enfantins, mais se contrôle aisément. Cette facilité à glisser de l 'arrière-train est assez déconcertante, car le phénomène se déclenche bien avant les prévisions les plus pessimistes. Il va sans dire que la 540K est tout à fait récalcitrante à la pluie et aux revê­tements glissants.


Le confort général, le moelleux des sièges viennent à point adoucir ce tableau un peu sombre. Il enrobe les défauts dans une ambiance douillette que seules deux personnes peuvent apprécier. Je dirais que le caractère agressif et dur de cette Mercedes est un complément logique à son élégance qui ne fait pas moins de 5,25 mètres de long...








Source de cet article : Gatsby online

Je laisserai le mot de la fin à Damien :

damien a écrit:
je la trouve très belle mais honnêtement même blindé de tune je n'achèterai pas ça c'est pas roulable en plus !
c'est des voitures de musée ou d'expos pas pour aller se balader le week-end ! tu peux te garer nulle part et puis c'est fait pour être admiré !

trinqué
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univers-mercedes.com/portal
Merco78130
AMG director
AMG director
avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 25
modèles possédés : Mercedes-Benz 250d vert malachite 533000 kms/ Mercedes-Benz C270 cdi 143000 kms
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 12:19

Magnifique , ce rouge lui va très bien fou , c'est vrai que c'est une pièce pour le musée mercedes .
Revenir en haut Aller en bas
Le naif
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 2435
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 12:30

Merco78130 a écrit:
Magnifique , ce rouge lui va très bien fou , c'est vrai que c'est une pièce pour le musée mercedes .

T'imagines dans 60 ans tes petits enfants diront la même chose de ta mamie Malachite.... superlol superlol

trinqué
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univers-mercedes.com/portal
Uncle'Benz
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 46635
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 12:59

Elle est splendide. C'est ma voiture préférée de tout le musée de Stuttgart fou
Revenir en haut Aller en bas
Le naif
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 2435
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 13:18

Uncle'Benz a écrit:
Elle est splendide. C'est ma voiture préférée de tout le musée de Stuttgart fou

Bonjour Uncle coucou

Moi ma Mercedes préférée du musée de Stuttgart c'est la 300 SLR Uhlenhaut aime aime



Et pour les 540K, j'hésite entre la Trossi et la Autobahn Kurier, mais elles ne sont pas à Stuttgart celles-là....


540K Trossi

540K Autobahn Kurier

Bon week-end trinqué

Bob

PS : Il est chouette ton avatar.....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univers-mercedes.com/portal
Flavporsche
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 2477
Localisation : Département 57
modèles possédés : W210 E290 TD Berline AVANTGARDE BVM // W210 E320 essence 4 Matic break 2002 ELEGANCE // W211 E270 CDI CLASSIC BVA
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 17:17

Elle est vraiment splendide en rouge, et cela irait bien avec ma W210 ruby red.

Cette formidable œuvre d'art est à vendre à quel prix ? fou superlol
Revenir en haut Aller en bas
Sefene
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 6914
Age : 29
Localisation : 06 - Côte d'azur
modèles possédés : CLK 55
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 17:27

Uncle'Benz a écrit:
Elle est splendide. C'est ma voiture préférée de tout le musée de Stuttgart fou

Tout pareil.

Mais je regrette qu'au musée il n'y ait pas eu plus d'exposition, disons techniques : moteur, etc...
Revenir en haut Aller en bas
http://flickr.com/photos/ibnsalah/
Le naif
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 2435
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 18:31

Flavporsche a écrit:
Elle est vraiment splendide en rouge, et cela irait bien avec ma W210 ruby red.

Cette formidable œuvre d'art est à vendre à quel prix ? fou superlol

Salut Flav coucou

J'ai ce qu'il te faut, Adriana va être folle de joie clin d'oeil





A vendre: Mercedes-Benz 500K 1932 réplica
This listing has been removed from JamesList
For sale by: Bob's Classics, Inc. superlol superlol superlol

Mercedes-Benz 500
Lieu : Largo, Florida, USA
Année 1932 !!! superlol
Date d'ajout : 2010-05-19
Kilométrage : 8851 km / 5500 milles
Boîte : Automatique superlol
Couleur : Rouge
Prix : $ 31,900 / € 24,392


1932 Mercedes 500K "Heritage" replica, with 1932 Mercedes title, 5500 miles, built around 1990, 350V8, auto, power brakes & steering, real wires. wide white radials,custom made tan canvas top, tan leather, no air or heat, super nice car !! another of our best selling 1932 Mercedes 500k Heritage-full size replicas. over 105 sold to date. this one was built around 1990, & has only around 5500 miles, & comes titled as a 1932 Mercedes, which makes it exempt from emissions in most states & easy to title overseas, & is eligible for antique tags in many states. comes with real wire wheels, wide white radial tires, rear mounted spare tire, custom made tan canvas top that goes out of sight under a flip up tonneau cover, & has wrinked look tan leather seats, large trunk for golf clubs, & 3 can fit in the wide seat, wood dash & steering wheel, 2 piece hood, most metal is stainless steel, side supercharger pipes, custom front German tag, & custom front turn signals, & powered by a peppy 5.7 liter 350 V8 Chevy engine & a 350 automatic transmission, power brakes & steering, classic styled gauges, twin trumpet horns, center fog lamp, 4" thick suicide doors, 17 feet long,& 3750 pounds. very heavy solid frame with a sub frame & all Chevy Camaro running gear, so its easy to maintain, & body is all fiberglass, so it will never rust, & car has a custom shifter, that looks like a manual stick shift, yet its automatic. these cars would cost over $100,000. to build today, & an original 32-34 500k is now over 6 million dollars !!! a lot of car for only $31,900.!! that's all $31,900.!! you cant lose at this price. they go up all the time. we can ship it to your door, by enclosed, insured, bonded truck carrier, & we also ship all over the world by enclosed ship containers. for financing try first at www.jjbest.com return to Bob's Classics, Inc. or What's In Stock. Give us a call at 727-581-9406








Le nom du vendeur, ça s'invente pas superlol superlol superlol

Bob trinqué
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univers-mercedes.com/portal
Flavporsche
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 2477
Localisation : Département 57
modèles possédés : W210 E290 TD Berline AVANTGARDE BVM // W210 E320 essence 4 Matic break 2002 ELEGANCE // W211 E270 CDI CLASSIC BVA
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Sam 18 Sep 2010 - 21:18

Salut Bob !

Qu'est ce que tu me proposes comme arnaque ?! superlol
J'ai vu que tu en as refilé une autre qui était mieux !

http://www.bobsclassics.com/sold/36md.htm


Par contre j'ai vu qu'elle existe aussi dans cette belle livrée :




Elle existe aussi en bleu et blanc (pas chère, mais c'est une série B) :

http://www.autosalon-singen.de/en/fahrzeugk34670014-Mercedes-Benz-540K.html

Je vous conseille vivement d'aller voir sur le site de ce garage, il est exceptionnel :

http://www.autosalon-singen.de/

Ils ont une 250 GT :

http://www.autosalon-singen.de/en/fahrzeug13050018-Ferrari-250%20GT%20%28SWB%29.html

5 Enzo, 6 Carrera GT, autant de Veyron (dont une grand sport) etc ...


Par ailleurs Adriana ne me coute pas beaucoup en terme de voiture ...


Revenir en haut Aller en bas
Le naif
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 2435
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Jeu 23 Sep 2010 - 11:30

Mercedes-Benz 540 K Tourenwagen 1937 - 1939






Mercedes-Benz 500 K Cabriolet C 1934 - 1936












Source : ultimatecarpage
Crédit photo : Wouter Melissen
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univers-mercedes.com/portal
garu55
vétérant
vétérant
avatar

Nombre de messages : 259
Age : 69
Localisation : Paris
modèles possédés : SLK 55 Pack Performance
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Dim 7 Aoû 2011 - 12:44

et celle-ci, qui la reconnait ?







Revenir en haut Aller en bas
samMercedes
membre bienfaiteur
membre bienfaiteur
avatar

Nombre de messages : 5528
Age : 50
Localisation : toulouse
modèles possédés : W126 560SEC 1990, W220 S600L 2003, Smart Roadster Coupé 2004
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Dim 7 Aoû 2011 - 20:03

???? jamais vu cet engin!!!!
Revenir en haut Aller en bas
320
pilote
pilote


Nombre de messages : 112
Localisation : IDF
modèles possédés : Classe C W204 320 CDI Elegance
Date d'inscription : 11/10/2010

MessageSujet: Re: Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937   Dim 7 Aoû 2011 - 20:14

Photographiée à Stuttgart il y a quelques années, une merveille quand on la voit en vrai :



@+
320
Revenir en haut Aller en bas
 
Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Essai de la Mercedes 540K Roadster 1937
» Essai Gros roadster 2015 sur le Moto Revue du 23 Avril 2015
» 540K Roadster pour 150000 euros
» invitation pour un essai privé S 320 cdi + documentation
» Mercedes E500 4matic avantgarde break

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
http://www.mercedes-damien.com - Le Forum :: Les modèles d'exceptions :: Vintage-
Sauter vers: